Vous êtes ici : Les dossiers du Mag du Chat > La santé du chat > Chat blanc et surdité : mythe ou réalité ?

Chat blanc et surdité : mythe ou réalité ?

Tous les chats blancs ne sont pas sourds. Toutefois, ils sont plus prédisposés à la surdité que d’autres chats, et cela n’est pas un mythe. La mutation d’un gène semble en être la cause. La surdité du chat blanc a fait l’objet de rares recherches scientifiques, mais elles ont permis de savoir que des corrélations entre la surdité du chat et son phénotype existent bel et bien. Revue de détails sur un phénomène complexe absolument réel.

Chat blanc et surdité : mythe ou réalité ?

Chat blanc : des risques élevés de surdité existent

Les risques de surdité chez le chat à poils blancs sont de 72 %, ce qui est bien plus élevé que chez les autres chats. Cette probabilité est due à la mutation du gène W. Cette nouvelle version du gène est un allèle dominant. C’est lui qui est à l’origine de la couleur blanche du poil. Quant à la surdité, elle est due au fait que cet allèle W est impliqué dans la dégénérescence de l’oreille interne. En effet, l’allèle intervient au niveau :

  • De la pigmentation du poil,
  • Des cellules de la cochlée, appelée aussi organe de Corti. Il s’agit tout simplement d’un organe constitué de cellules sensorielles rendant possible la perception auditive.

Dégénérescence de l’oreille interne chez le chat blanc

Le processus de dégénérescence commence alors que le chaton est né depuis seulement quelques jours, entraînant des altérations progressives de l’oreille interne qui cesse de se développer normalement. A l’âge de trois semaines, le chaton est définitivement sourd alors qu’il ne l’était pas à la naissance.

Dire que tous les chats blancs sont sourds n’est pas tout à fait exact. Mais il est juste, en revanche, d’affirmer que tous les chats blancs sont génétiquement sourds car l’anomalie est bien dans leurs gènes. Toutefois, le développement de l’oreille interne chez certains des chats blancs continue son processus normalement et ne subit heureusement pas de dégénérescence. Pour quelques chats blancs, ce déclin ne touche qu’une seule oreille.

Un chat blanc peut donc être atteint d’une surdité bilatérale (deux oreilles) ou unilatérale (une oreille). Il peut aussi ne pas être touché par la surdité.

Surdité chez les chats blancs à poils longs et à poils courts

La surdité unilatérale touche dans les mêmes proportions les chats blancs à poils courts et ceux à poils longs. En revanche, la surdité bilatérale atteint quatre fois plus souvent les chats à poils longs. Enfin, sur une portée de chatons blancs dont certains ont les poils courts et d’autres les poils longs, ces derniers représentent la grande majorité de chatons entièrement sourds.

Surdité chez le chat blanc : quel rapport avec la couleur des yeux ?

Des chercheurs ont effectué des tests expérimentaux afin d’établir le rapport entre la surdité chez le chat blanc et la couleur de ses yeux. En fait, quelle que soit la couleur de l’iris, un chat blanc est génétiquement prédisposé à la surdité, comme nous l’avons précisé précédemment. Mais les pourcentages augmentent considérablement chez les chats blancs aux yeux bleus ou aux yeux vairons dont l’un est bleu. Selon les statistiques :

  • Plus de 6 chats blancs sur 10 qui présentent une surdité bilatérale ont les yeux bleus,
  • 8 chats blancs sur 10 atteints de surdité unilatérale ont les yeux bleus.
  • 3 chats blancs aux yeux bleus sur 10 ne présentent aucun problème de surdité.

Quant à la surdité unilatérale chez les chats blancs aux yeux vairons, elle touche dans la majorité des cas l’oreille située du même côté que l’œil bleu.

Chat blanc à tache : moins touchés par la surdité

On a constaté que les chatons blancs qui ne deviennent pas sourds sont quatre fois plus nombreux que les autres chats blancs à posséder à la naissance une petite zone de poils pigmentés (spot) sur la tête. Toutefois, cette particularité est aussi constatée chez 25 % de chatons blancs qui deviendront sourds quelques semaines plus tard.

Surdité chez le chat blanc : un mystère pas totalement élucidé

Il faudrait d’autres recherches scientifiques poussées pour expliquer certaines corrélations qui, pour l’heure, ne sont pas encore clarifiées. En effet, le rapport entre l’aspect extérieur de l’animal – c’est-à-dire son phénotype -et les risques de surdité génère encore bien des interrogations car, par exemple, la couleur des yeux du chat et la longueur de son pelage, ou bien encore le spot pigmenté, ne sont pas respectivement liés à la seule présence de l’allèle W. Ils dépendent aussi d’autres gènes.

Afin que ce problème génétique ne puisse impacter la descendance de leur chat blanc, de nombreux maîtres optent pour la stérilisation de leur petit félin, qu’il s’agisse d’un mâle ou d’une femelle. Pour que cette intervention n’impacte pas le budget du ménage, ils prennent soin d’assurer préalablement leur chat auprès d’une mutuelle Santé animalière qui rembourse les dépenses engagées jusqu’à 100 %, selon la formule choisie. Grâce à un comparateur, il suffit de quelques minutes pour comparer les tarifs et les garanties proposées par les compagnies d’assurance animaux en fonction des besoins du chat et des finances de son maître.

Imprimer cette fiche   Flux RSS

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Partagez votre expérience, posez une question, commentez ...

Prénom ou pseudo

E-mail

Texte

Code de sécurité à copier/coller : KfVrQF

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Autres dossiers