Vous êtes ici : Les dossiers du Mag du Chat > La santé du chat > Les aoûtats du chat : causes, symptômes, traitements

Les aoûtats du chat : causes, symptômes, traitements

L’aoûtat, à l’instar des puces et des tiques, est un parasite qui se fixe sur des zones spécifiques de la peau de votre chat, lui provoquant de fortes irritations pouvant l'amener à se gratter très fortement, parfois même jusqu’au sang.

Nos amis félins ne sont cependant pas les seules cibles de ces petits parasites qui aiment se nourrir des cellules de tout animal à sang chaud. La peau des chiens, des chevaux ou même des humains peut alors être pour eux un délicieux repas.

Si l’aoûtat n’est en aucun cas mortel, il reste tout de même très dérangeant pour nos animaux de compagnie et pour nous-même, il est donc important de savoir reconnaître leur présence afin d’agir rapidement et correctement face à ce parasite.

Les aoûtats du chat : causes, symptômes, traitements

Qu’est-ce qu’un aoûtat ?

Ce que l’on nomme aoûtat n’est en réalité pas le parasite dans son état adulte, Trombicula autumnalis, mais sa larve. On l'appelle également vendangeon, rouget ou encore puron selon les régions de France. Pour les anglophones, ce sera harvest mite ou chigger.

Ces parasites microscopiques se reproduisent en été, et sa larve, qui est donc la cause de tous les problèmes, est particulièrement virulente durant le mois d’août, d’où le nom qu’on lui donne, et plus exactement, entre la dernière quinzaine de juillet et la première quinzaine de septembre. Attention cependant, avec le réchauffement climatique, il n’est pas rare qu’elle soit présente jusqu’en hiver.

On la trouvera dans les hautes herbes des prairies ou des champs, mais également dans les jardins dont la pelouse n’est pas entretenue régulièrement.

L’aoûtat est caractérisé par sa couleur rouge et par sa petite taille (0,3 millimètre environ), ce qui le rend invisible à l’œil nu. il est d’ailleurs souvent confondu avec le trombidion soyeux, également de couleur rouge, mais qui n’est pas dangereux et qui est plus gros (4 à 5 millimètres de long), donc visible.

La larve du Trombicula autumnalis a une façon bien particulière de se nourrir. Elle attend sa proie perchée sur les herbes hautes, et grimpe dessus dès que cette dernière passe près d’elle. Contrairement aux puces et aux tiques, elle ne piquera pas pour boire le sang de sa victime. Elle injecte un enzyme dans sa peau pour pré-digérer ses cellules, et ensuite les aspirer. Cette méthode de nourrissage rappelle fortement celle des araignées qui, elles aussi, liquéfient les organes de leurs victimes grâce à un enzyme, pour ensuite les aspirer. On dit de ces animaux sont histiophages (principe de se nourrir de tissus cellulaires.)

Une fois qu’il sera repu, l’aoûtat se laissera tomber au sol et ira rejoindre les hautes herbes pour attendre une nouvelle proie.

Comment reconnaître la présence d'aoûtat ?

L’aoûtat provoque des symptômes bien spécifiques du fait de sa façon de se nourrir si particulière. Tout d’abord, il faut connaître les zones dans lesquelles les aoûtats aiment s’installer sur un chat :

  • entre les doigts,
  • à l’intérieur des cuisses ou sur les aisselles,
  • sur les oreilles, et tout particulièrement sur la zone de dédoublement de la peau (que l’on appelle oreillon.)

Une fois installé, l’aoûtat injectera alors son enzyme qui pré-digérera les cellules du chat, avant de les boire. La larve prendra alors une couleur orangée très spécifique à son espèce, avant de se laisser tomber au sol. Ce sera donc le seul moment ou elle sera visible, du moins si les larves sont présentes en grand nombre au même endroit (ce qui n’est pas rare).

L’enzyme de l’aoûtat provoquera les symptômes suivants :

  • lésions sur la surface de la peau, comme si l’animal s’était fortement gratté,
  • très fortes démangeaisons sur la zone infectée. En effet, l’enzyme de l’aoûtat provoque dans la grande majorité des cas des réactions allergiques. Le chat se grattera alors durant plusieurs jours voire plusieurs semaines, et souvent jusqu’au sang. Si ce sont les doigts qui ont été attaqués, on pourra alors observer l’animal se lécher et se mordre les parties concernées très régulièrement.

Si, comme dit plus haut, les attaques de cette larve ne sont en aucun cas mortelles, elles sont très virulentes, et le chat pourra se blesser tout seul à force de se gratter. De plus, les plaies que provoquent ces démangeaisons peuvent s’infecter.

Le traitement contre les attaques d’aoûtats : comment soulager son chat ?

Il est tout de même fortement conseillé d’emmener son chat chez le vétérinaire, même si on peut facilement se faire son propre avis sur la question, en fonction de la période de l’année, ou encore par l’observation de taches oranges sur la peau du chat (présence de larve).

Le vétérinaire pourra alors analyser les symptômes avec plus d’expertise et même observer les larves au microscope si elles sont toujours présentes sur le corps de l’animal, permettant ainsi de s’assurer de la cause des démangeaisons et ainsi prescrire un traitement adapté à la situation.

Dans la plupart des cas, il s'agira, dans un premier temps, d'un insecticide local (en spray), permettant d’éliminer les larves restantes sur le corps de votre ami félin. Attention cependant que le chat ne lèche pas le produit, qui est évidemment nocif pour son organisme. Préférez vaporiser la zone infectée juste avant un repas. Votre compagnon à quatre pattes aura alors l’esprit occupé et ne pensera alors pas à se lécher. Si toutefois le chat ne peut pas s’empêcher de se lécher, lui faire porter une collerette peut s’avérer nécessaire.

Ensuite, le vétérinaire prescrira de quoi calmer l’inflammation causée par les enzymes si la réaction allergique est trop importante. Il existe divers types de traitements, sous forme de comprimés ou de lotion par exemple, mais le plus courant reste une pommade pour aider à la cicatrisation de la plaie et calmer l’inflammation.

Comment prévenir une attaque d’aoûtats chez le chat ?

S'il est facile d’éviter ces larves sur un chien, en évitant tout simplement de se balader avec lui dans des hautes herbes entre les mois de juillet et de septembre, cela l’est moins pour un chat qui se balade librement.

Utiliser un antiparasitaire répulsif sous forme de spray durant ces périodes aidera néanmoins votre chat à éviter ces parasites, qui seront rebutés par l’odeur du produit.

Enfin, si vous possédez un jardin, pensez à tondre régulièrement le gazon pour éviter que ces larves ne s’y plaisent trop, et évacuez le gazon fraîchement coupé, dans lequel les aoûtats adultes adorent se reproduire.

Imprimer cette fiche   Flux RSS

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Partagez votre expérience, posez une question, commentez ...

Prénom ou pseudo

E-mail

Texte

Code de sécurité à copier/coller : KRSW4e

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Autres dossiers

  • Comment savoir si mon chat souffre ou a mal ? Comment savoir si mon chat souffre ou a mal ? De nombreuses manifestations permettent de soupçonner qu’un chat souffre. L’animal peut traverser une période de mal-être psychologique ou bien ressentir des douleurs dues à un traumatisme ou...
  • Comment lutter contre les puces du chat ? Comment lutter contre les puces du chat ? Les puces peuvent être un vrai fléau dans un foyer. Le problème le plus évident est qu’elles sont extrêmement dérangeantes pour vos animaux, notamment votre chat, mais peuvent si elles ne...