Vous êtes ici : Les dossiers du Mag du Chat > Conseils d'élevage du chat > Comment nourrir un chaton non sevré ? Quelle alimentation idéale ?

Comment nourrir un chaton non sevré ? Quelle alimentation idéale ?

Même si nourrir un chaton non sevré peut sembler amusant ou mignon, il s’agit d’un acte difficile et rigoureux qu’il ne faut pas prendre à la légère, et que l’on doit pratiquer uniquement lorsque sa mère ne peut ou ne veut pas s’occuper de lui, ce qui arrive parfois pour diverses raisons.

Il est tout d’abord important de définir ce qu’est un chaton non sevré : il s’agit d’un chaton, qui n’est pas encore indépendant, qui aura encore besoin de sa mère pour subvenir à ses besoins primaires et donc survivre. Découvrons comment agir avec un chaton livré à lui-même, dans l'incapacité de se débrouiller seul.

Comment nourrir un chaton non sevré ? Quelle alimentation idéale ?

Dans quels cas doit-on nourrir un chaton non sevré ?

Lorsqu’une chatte met bas dans des conditions normales, elle s’occupe d’instinct de tous ses chatons, qui n’auront donc pas besoin de l’intervention de l’homme. Malheureusement, il existe de nombreux cas dans lesquels un chaton de la portée, voire quelques uns ou même toute la portée, ne reçoivent pas les soins de leur mère ; les raisons peuvent être diverses :

  • le décès de la mère : naturellement, c’est extrêmement triste, mais cela peut arriver. Que ce soit parce que la mère est trop faible au moment de la mise bas qui lui demande trop d’efforts à tel point qu’elle en succombe, ou bien qu’il y ait un accident durant la mise bas, la mère peut malheureusement décéder et l’ensemble de la portée sera livrée à elle-même. Autant dire que sans l’intervention de l’homme, elle n’aura aucune chance de survie.
  • l'abandon des chatons par la mère : le plus souvent, cela arrive parce que l’état de santé de la mère ne lui permet pas de les allaiter, sans quoi son instinct maternel prendrait le dessus. Ici, c’est son instinct de survie qui prime, la poussant à abandonner ses petits à leur sort, pour protéger sa propre vie. Ce sera alors à l’homme de prendre le relais, pour donner à ces petits une chance de survie.
  • une portée trop nombreuse : une chatte met généralement bas d’une portée comptant entre quatre et six chatons, ce nombre pouvant aller jusqu’à neuf sans danger. Au delà, la portée est souvent trop nombreuse pour que la mère puisse s’occuper de tous, et surtout tous les allaiter. Elle devra donc malheureusement "faire un choix" et délaisser le ou les plus faibles, pour préserver la vie de ceux ayant le plus de chance de survivre. Cela peut paraître cruel, mais il ne s’agit en réalité que d’un réflexe naturel. En tant que maître, il faudra donc bien observer lors de l’allaitement si un ou plusieurs des petits sont mis de côté par la mère, dans le cas d’un trop grand nombre de chatons.
  • un ou des individu(s) trop faible(s) : il s’agit là encore d’un réflexe naturel de la mère, qui peut nous paraître très cruel, mais dans la nature, pour la plupart des mammifères, si une mère sent qu’un ou plusieurs de ses petits est trop faible pour survivre, elle préférera le ou les laisser de côté, comme si ce ou ces derniers étaient déjà condamnés. Ainsi, elle se consacrera d’avantage à la survie des petits qui lui paraissent plus forts. Là aussi en tant que maître, il faudra observer si certains chatons sont mis de côté lors de l’allaitement. Si c’est le cas, il faudra alors les prendre en charge.

Nourrir un chaton non sevré : comment procéder ? Avec quelle alimentation ?

Si vous devez vous occuper d'un chaton non sevré, il faudra prendre rendez vous chez un vétérinaire le plus rapidement possible, surtout s'il est le seul à avoir été mis de côté, car il pourrait bien avoir une anomalie génétique ou autre, qui ait poussé la mère à s’en séparer. Le vétérinaire procèdera, le cas échéant, à des examens pour tenter de trouver ce qui ne va pas chez le petit, et il vous conseillera sur la manière de procéder avec le chaton, plus particulièrement en matière de nourriture.

Une fois de retour chez vous (ou même avant de vous rendre chez le vétérinaire si vous avez le temps), il faudra installer un "nid" pour le ou les petits abandonnés. Préférez donc une boîte en plastique avec des bords assez haut pour qu’ils ne puissent pas s’échapper, dont vous recouvrirez le fond de serviettes, qu’il faudra changer très régulièrement (les petits à cet âge n’étant bien évidemment pas encore propres).

Il faudra également veiller à la chaleur, puisque les nouveaux nés n’ont pas encore la capacité de se déplacer, ni même de trembler pour augmenter leur température corporelle. Il faudra donc entreposer la boîte qui leur sert de nid près d’un radiateur, pour que celle-ci atteigne les 30°C environ. Si le petit est seul, l’ajout de bouteilles remplies d’eau chaude enroulées dans des serviettes peut également aider à conserver une température adéquate, puisqu’il ne pourra pas se blottir contre ses frères et sœurs comme il le ferait dans des conditions normales. Il faudra cependant changer régulièrement l’eau des bouteilles pour qu’elles conservent la bonne température.

Le colostrum : une substance indispensable à la survie du chaton

Lors des premières tétées des petits et jusqu’à 48 heures après la mise bas, la mère transmet à ses petits du colostrum. Cette substance est vitale pour leur survie, puisque si leur système immunitaire est fonctionnel, il reste immature et donc inefficace. De ce fait, en buvant du colostrum, le chaton absorbe les anticorps de sa mère, qui le protègent ainsi des germes potentiellement présents dans son environnement.

Lorsque le chaton n’a pas accès à ce colostrum maternel, il devient donc extrêmement vulnérable à toutes les maladies. Il faudra prendre contact très rapidement avec un vétérinaire (dans les 15 heures après la naissance au maximum), pour qu’il puisse lui injecter un colostrum artificiel, lui permettant ainsi d’être protégé face à son environnement.

L’alimentation du chaton : le choix du lait

Le premier réflexe que pourrait avoir un humain pour nourrir un chaton est de lui donner du lait de vache. Il s’agit cependant d’une erreur, puisque ce lait, destiné à la base pour des animaux beaucoup plus gros que le chaton (en l’occurrence le veau), ne sera absolument pas adapté. Ce lait contient beaucoup trop de caséine et de lactose, ce qui provoquera des difficultés de digestion au chaton, en plus de ne pas lui apporter assez d’énergie.

Il faudra donc en discuter avec votre vétérinaire, qui vous prescrira le plus souvent un lait maternel pour chaton en poudre, qu’il faudra diluer avec de l’eau. Ce lait peut se trouver chez certains vétérinaires, dans certaines pharmacies ou animaleries. Il faudra bien lire la notice afin de suivre scrupuleusement les doses indiquées à diluer dans l’eau.

Enfin, il existe une "recette maison" pour faire du lait destiné à un chaton : elle consiste à ajouter du jaune d’œuf et de la crème fraîche 12 % de matières grasses à du lait de vache, mais cette solution doit rester temporaire, uniquement en attendant de voir le vétérinaire ou de vous procurer le lait maternel adapté.

La bonne manière de nourrir un chaton

Bien sûr, avant l’âge de trois semaines, le chaton ne peut pas encore laper le lait, il faudra donc lui donner au biberon. La plupart du temps, il est présent dans la boîte de lait en poudre. Dans le cas contraire, vous pourrez en trouver des modèles adaptés pour chaton en pharmacie ou chez un vétérinaire.

Le lait devra également être réchauffé à une température d’environ 38,5°C. Au dessus, le lait brûlerait le système digestif du chaton, et en dessous, il provoquerait une hypothermie chez ce dernier.

Enfin, le chaton devra être nourri un très grand nombre de fois par jour, nombre qui sera décroissant au fur et à mesure qu’il grandira, tout en adaptant la quantité en fonction des indications figurant sur la boîte du lait :

  • 8 repas par jour la première semaine,
  • 6 repas par jour la deuxième semaine,
  • 5 repas par jour la troisième semaine,
  • 4 repas par jour la quatrième semaine,
  • 3 ou 4 repas par jour jusqu'au sevrage.

À partir de la quatrième semaine, vous pourrez commencer à ajouter au lait, des croquettes pour chaton pour l’habituer progressivement à la nourriture solide. À partir de deux mois, le lait pourra être arrêté pour passer exclusivement aux croquettes pour chaton.

Imprimer cette fiche   Flux RSS

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Partagez votre expérience, posez une question, commentez ...

Prénom ou pseudo

E-mail

Texte

Code de sécurité à copier/coller : x6E3cP

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Autres dossiers