Vous êtes ici : Les dossiers du Mag du Chat > La santé du chat > La dépression chez le chat : symptômes et solutions

La dépression chez le chat : symptômes et solutions

La dépression est une maladie très néfaste qui, malheureusement, ne touche pas que l’homme. En effet, ce trouble de l’humeur peut, entre autres, toucher les chats.

Bien qu’on puisse penser que notre chat traverse une mauvaise période avec un petit "coup de mou" et que cela lui passera, il n’en est rien. La dépression chez le chat est tout aussi grave que chez l’humain, voire même plus, puisque celle-ci conduit dans plus de la moitié des cas au décès du chat qui n’a plus goût à la vie, et cesse donc de se battre pour vivre.

Les traitements médicamenteux contre la dépression étant quasiment inexistants, il est très important de reconnaître les symptômes de la dépression chez nos amis félins, pour que l’on puisse y remédier à temps, car plus le stade de la dépression est avancé, plus il est difficile de rendre à votre chat son goût de vivre.

La dépression chez le chat : symptômes et solutions

La dépression du chat : reconnaître les symptômes

L’état dépressif du chat est plutôt difficile à déceler, car les symptômes peuvent être les mêmes que ceux d’une maladie plus "bénigne". On retrouve cependant souvent les mêmes troubles physiques et du comportement chez les chats atteints de dépression :

  • une inactivité presque constante : le principal changement de comportement d’un chat en dépression est qu'il connait une inactivité extrêmement poussée. En effet, le chat devient totalement apathique, plus rien ne le stimule ou ne le motive. Si cela peut faire penser à une simple paresse passagère, cet état est en réalité un des principaux signes de la dépression.
  • l’insomnie : bien que le chat dépressif ne fasse que très peu d’activité physique, voire plus du tout, il ne passera pas pour autant tout son temps à dormir. Bien au contraire, il peut être atteint d’insomnie, ce qui n’arrange en rien ses troubles de l’humeur.
  • une perte d’appétit : Même si votre chat était auparavant un petit goinfre, il est totalement possible qu’il arrête partiellement ou même complètement de s’alimenter si il est atteint de dépression, ce qui est évidemment extrêmement grave, nécessitant de consulter un vétérinaire au plus vite (que cela vienne d’une dépression ou non).
  • il fait ses besoins n’importe où : un chat dépressif peut totalement se laisser aller. Même si il était auparavant totalement propre, il peut être amené, dans un état dépressif, à se laisser aller n’importe où. Il faut savoir que pour un chat, faire ses besoins dans une litière n’est pas simplement un symbole de toilettes. Le fait de gratter dans sa litière, et donc d’enterrer ses besoins est un réflexe naturel de survie, qui consiste à camoufler ses traces et son odeur pour se protéger de potentiels prédateurs. Un chat atteint de dépression peut donc ne plus avoir le réflexe de survivre, et ainsi ne ressentira plus le besoin d’aller dans sa litière.
  • un poil gras et de mauvaises odeurs : un chat est normalement un animal très propre, mais en état dépressif, il peut totalement perdre le réflexe de se laver. Son poils deviendra donc gras, ce qui sera accentué par son état psychologique, et il dégagera par conséquent une forte odeur, et ce, même si vous vous efforcez de le laver. Ce manque d’hygiène peut amener à des irritations de la peau comme de l’eczéma.
  • des troubles du comportement : il n’est pas rare qu’un chat atteint de dépression développe des troubles du comportement. Dans la plupart des cas, le chat deviendra agressif envers tout le monde, même ses maîtres.

Si vous constatez ne serait-ce qu’un seul de ces symptômes, il est extrêmement important de consulter votre vétérinaire au plus vite pour qu’il puisse poser un diagnostic. Il se peut qu’il s’agisse d’un tout autre problème moins grave, et dans ce cas, tant mieux, mais avec la dépression féline, mieux vaut prévenir que guérir.

Les causes de la dépression du chat

Si votre chat présente un ou plusieurs des symptômes précédemment cités, et que le vétérinaire a enfin posé le diagnostic de la dépression, il est important d’en déterminer la cause, pour pouvoir ainsi réagir au mieux, et surtout en tirer une leçon pour l’avenir si jamais l’origine de cette dépression vient de son environnement.

Déterminer la cause de la dépression d’un chat n’est pas toujours chose aisée, car les origines peuvent être diverses. Voici cependant une liste des causes principales de dépression chez le chat :

  • un sevrage trop jeune : un chaton retiré trop tôt de sa mère peut se retrouver perdu dans un monde qu’il n’a pas encore eu le temps d’appréhender. Il se sentira constamment en position de faiblesse ce qui peut le pousser à la dépression. On ne le dira jamais assez, un chaton est sevré à l’âge de trois mois et pas avant !
  • un sentiment d’abandon : un chat qui a été abandonné par des maîtres auxquels il était attaché peut tomber dans une profonde dépression, même si il se fait adopter ensuite par une famille aimante. Ce sentiment peut également être ressenti lorsque ses maîtres sont trop peu présents pour lui. Le chat finira par se renfermer sur lui même, et tomber en dépression.
  • une modification soudaine de l’environnement : c’est bien connu, les chats sont des animaux qui tiennent beaucoup à leurs habitudes et leur routine, mais parfois trop. Un chat qui subit un déménagement soudain peut entrer en dépression, car il perdra tous ses repères et se sentira vulnérable.
  • la perte d’un proche : un chat peut être très attaché à un autre être vivant. Il peut bien sûr s’agir de son maître, mais également d’un autre animal avec lequel il partageait son quotidien depuis longtemps : un congénère ou un animal d’une autre race. Le décès d’un proche peut donc fortement affecter un chat, et l’amener à déprimer.
  • l’ennui : ce problème touche tout particulièrement les chats vivant en appartement, et est souvent lié au sentiment d’abandon venant d’un maître trop peu présent. Il faut se rendre compte qu’en tant qu’humain, nous pouvons sortir autant que nous le voulons, et avons de quoi nous occuper à la maison (films, livres, etc.) mais les chats eux, n’ont pas cette liberté. Il faudra donc faire en sorte d’être présent pour nos compagnons félins, et si vous êtes beaucoup absent, essayez d'aménager votre appartement de sorte qu’il soit ludique pour votre chat.

Les solutions pour faire sortir un chat de son état dépressif

Un chat atteint de dépression n’est pas condamné d’office, mais malheureusement, il sera très difficile de l’en faire sortir. La première chose à faire sera d’identifier la cause de cet état dépressif, et d’agir en conséquence.

Dans la majorité des cas, il faudra que vous, en tant que maître, lui redonniez le goût de vivre. Que ce soit après un abandon, un décès ou un déménagement brusque, ce sera à vous de stimuler votre chat. Des câlins et des caresses en quantité illimitée et des jeux (même si il ne réagit pas dès le départ).

Si votre chat est entré en dépression parce qu’il s’ennuyait trop, revoyez l’agencement de votre appartement, construisez lui des parcours et des perchoirs pour qu’il puisse vivre dans un vrai espace de jeu.

Il faudra tout faire pour que votre chat retrouve le goût de vivre, et cela devra être votre priorité, quitte à devoir prendre des vacances pour cela. N’oubliez pas que cette maladie est mortelle, et que vous seul pouvez la soigner.

Si malgré tout cela l’état de votre chat ne s’améliore pas, le mieux sera de faire appel à un comportementaliste, un spécialiste des troubles du comportement des chats.

Des antidépresseurs existent également, mais comme pour les humains, ces médicaments ne serviront que des aides, mais ne guériront en rien la morosité de votre chat. Ce sera bien à vous de faire le travail.

Prévenir la dépression du chat

Comme dit plus haut, avec la dépression il vaut mieux prévenir que guérir. Et heureusement, c’est tout à fait possible.

Tout d’abord au quotidien, n’oubliez pas que votre chat a besoin d’attention, de caresses et de câlins, mais il aura également besoin d’être stimulé. N’hésitez donc pas à le faire jouer quotidiennement, lancez lui une balle, agitez lui une ficelle devant le nez, peu importe du moment qu’il se sente aimé, entouré et vivant.

En cas d’évènement plus grave (décès, abandon, etc.), n’attendez pas que son état psychologique soit au plus mal pour agir. Soyez présent pour lui, câlinez le et montrez lui qu’il n’est pas seul, qu’il est aimé.

Imprimer cette fiche   Flux RSS

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Partagez votre expérience, posez une question, commentez ...

Prénom ou pseudo

E-mail

Texte

Code de sécurité à copier/coller : CDjzzK

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Autres dossiers